Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 26 février 2017

La chevalerie et le survivaliste

La chevalerie et le survivaliste







Armures, épée, lance, écu, panache. Voilà à quoi fait penser la chevalerie. Combien d'entre vous savent comment cette classe s'est développée? Et surtout: quelle était sa fonction première?

La chevalerie est née au bas Moyen-Âge, après la chute (l'Effondrement) de l'Empire Romain. Le pouvoir central et ses légions de soldats en armes n'étaient désormais plus. Que se passe-t-il lorsque des institutions tombent? 

C'est très simple: l'espace qu'elles occupaient se remplit avec l'équivalent, parfois avec un pouvoir aussi grand qu'avant mais différemment exercé ou institutionnalisé, parfois avec une multitude de petits pouvoirs mais qui cumulés, occupent peu ou prou le même espace géographique, voire mental.

C'est donc ce qu'il s'est produit quand Rome est tombée. Il n'y avait plus de pouvoir central fort? L'Europe et le Proche-Orient se sont donc retrouvés avec une multitude de petits pouvoirs locaux informels, pouvoirs partagés entre des sédentaires et des nomades au sens sociologique du terme, à savoir d'une part propriétaires et producteurs et d'autre part prédateurs-pilleurs.

Il n'a pas fallu longtemps pour que les gens plus riches s'imposent comme « protecteurs » de leur communauté. Ces gens avaient assez de richesse — des terre, donc des aliments — pour nourrir et entretenir un cheval, moyen de locomotion efficace. En effet, au Bas Moyen-Âge, l'agriculture était l'activité économique de l'écrasante majorité de la population et souvent, un homme seul ne pouvait nourrir que sa famille, si elle n'était pas trop nombreuse. En effet les rendements agricoles étaient assez faibles.

Ceux qui avaient plus de terres et conséquemment plus de richesse, pouvaient se procurer un bœuf et ainsi décupler leur force de travail. Dans ce contexte, le cheval était un luxe pour les plus favorisés des hommes.

La cavalerie, arme militaire mineure jusqu'à récemment en Occident, a pu devenir une force dominante depuis l'apparition de quelques innovations technologiques dont l'étrier, longtemps inconnu dans l'armée romaine et ailleurs sur le continent. L'étrier allait agir comme multiplicateur de force pour les cavaliers et surtout pouvait soutenir l'utilisation d'armes de taille et d'estoc au lieu du seul javelot. L'usage de blindages plus élaborés et efficaces a aussi été rendu possible.

Ainsi, d'arme d'exploitation et de poursuite, la cavalerie est devenue une arme de choc, spécialement depuis qu'elle s'est blindée avec du cuir bouilli et des mailles ou des écailles. La cavalerie est devenue la terreur de la piétaille...

Spécialisation


Avec une si redoutable efficacité guerrière et des capacités de projection de force plus grande que l'infanterie, la cavalerie est devenue l'arme ultime des champs de bataille. Dès lors, compte tenu des routes peu sûres et des pillages multiples, les cavaliers ont finis par devenir une sorte de force dédiée et quasi-permanente pour les collectivités et pour cause: un homme à cheval peut rattraper des brigands quand un homme à pied quittant sa caserne ne le pourrait pas. 

Dès lors, le marché était simple entre paysans et cavaliers était simple: tu nous protèges, nous te dédommageons du temps que tu ne consacres plus aux champs pour assurer notre sécurité. L'impôt était revenu.

Ces cavaliers sont devenus rapidement des petits seigneurs et pour les plus habiles d'entre eux, de grands seigneurs. Et, puisqu'ils ont une force à laquelle on ne peut pas s'opposer facilement, pourquoi ne pas agrandir son domaine?

L'Église a plus tard sacralisé l'état de cavalier afin de lui donner une orientation plus chrétienne et lui donner une fonction utile à la société. La Chevalerie était née.
 

Enseignements


Que peut-on apprendre de ce processus de développement?

Une leçon bien simple et universelle: qui possède la force possède le pouvoir. Ou encore, pour citer — de mémoire — le personnage de Paul Atréides dans le roman Dune de Frank Herbert

« Celui qui peut détruire une chose contrôle cette chose ». 

Quand une personne ou un groupe a un pouvoir de destruction et de mort sur une collectivité, cette personne ou ce groupe dirigent la marche des choses.

Kyle McLachlan dans le rôle de Paul Atréides


Dans nos sociétés remplies de virtuel et de mécanismes-tampons, nous avons perdu de vue cette vérité fondamentale: le Pouvoir est fondé sur la force. Le fait que le Pouvoir n'a que rarement recours à cette force démontre seulement que les soupapes de sécurité — dont notamment mais pas exclusivement les clics « j'aime / je n'aime pas » sur Facebook et Youtube et la possibilité pour n'importe quel pékin de vider son cœur sur les réseaux sociaux — fonctionnent bien et sont efficaces.

Toutes ces considérations sont fondamentale pour les survivalistes qui veulent comprendre l'ordre des choses et y apporter une préparation conséquente. Sur un plan plus intellectuel, elles permettent de savoir comment s'articule le Pouvoir alors que sur un plan plus contemporain, elles nous donnent les explications quant aux action de l'ONU, les États, les ONG, les associations, en faveur de la proscription des armes aux mains des citoyens honnêtes. 

Dans toutes les sociétés de l'histoire humaine, seuls les esclaves n'étaient pas armés.

Dans une optique plus prospectiviste, on se retrouve devant un modèle de société dit « pacifique » mais qui n'est ni plus ni moins que l'appropriation exclusive des armes et des moyens de se protéger aux mains de l'État (et des criminels), au nom de la non-violence. Au Moyen-Âge, pendant l'édification de la Chevalerie comme institution et force fonctionnelle, on n'a même pas proscrit aux gens la possession ou le port d'armes. La société occidentale libérale-libertaire, sauf dans plusieurs États aux USA et dans une certaine mesure en Suisse, l'a fait. 

Le libéralisme libertaire tue la liberté...

Dans la mesure où plusieurs pays connaissent une hausse de la violence (même un simple échange non-sollicité et non-souhaité qui se poursuit contre la volonté d'une personne constitue une violence) et dans la mesure où les balises et les mécanismes en place ne protègent PAS les gens contre ces violences quotidiennes, les citoyens paisibles sont soumis à des expériences très néfastes et anxiogènes. 




Quand des gens, des femmes en particulier, doivent se cacher sous des vêtements « conformes » aux normes d'une minorité pour gérer les risques de d'agressions sur la place publique ou redoutent de devoir traverser certains quartiers, quand les jeunes hommes évitent des secteurs parce qu'étant blancs, ils sont automatiquement pris à partie par des minorités racailles issues de l'immigration, il y a un problème systémique. 

Un Système qui a permis cela n'a aucune intention et/ou capacité d'éliminer ces violences quotidiennes. C'est en même temps le signe que ce même Système est en fin de course. Comparez l'effondrement d'un Système à une onde qui se répand sur l'eau mais en direction inverse: de l'extérieur vers le centre.

Une société organisée, homogène et bien réglée offre un environnement de vie paisible à ses citoyens. Quand elle se désorganise, cela commence d'abord par une désagrégation des règles de vie sociale et d'abord par la politesse. Puis ça passe par l'apparition des violences non-physiques quotidiennes et plus tard par les agressions physiques au hasard. La désagrégation évolue vers le développement des zones de non-droit qui deviennent des coupe-gorge et finalement, en phase terminale, il ne reste que les institutions étatiques qui sont protégées par les forces de police et l'armée: le reste, ça ne compte plus.

Le bouclier de la Force Publique qui assurait la paix à tous se réduit progressivement à une peau de chagrin qui ne peut assurer la sécurité que des édifices et employés gouvernementaux et à la toute fin, qu'aux pouvoirs Législatif et Exécutif.

La France et la Suède sont dans un état de pourrissement plus avancé que, par exemple, le Canada ou le Danemark. Toutefois, la tendance est malheureusement à la dégradation. C'est pourquoi les survivalistes « bisounours » font fausse route. C'est pourquoi les survivalistes discrets et peureux de se s'ouvrir aux autres sont dans l'erreur. C'est pourquoi le repli sur soi est néfaste. Tout cela n'a qu'un seul effet: préparer l'arrivée de la nouvelle classe de « chevaliers » qui n'auront qu'un seul but: pressurer, agresser, exploiter, spolier les gens qui travaillent et sans qu'il soit possible d'espérer qu'ils soient régulés par un code moral chrétien. 

Remerciements aux contributeurs qui m'aident financièrement:


FG
J.
Pseidonia
Marie C.
Julien
Ainsi qu'aux autres tipeurs et donateurs.
 





samedi 18 février 2017

Choix de piles pour usage survivaliste

Choix de piles pour usage survivaliste




Ce billet s'inscrit dans la série "électricité":


Pourquoi des piles?


Les piles sont des consommables essentiels dans les dispositifs survivalistes. Leur présence, associée à la possession des équipements qui les utilisent, peut faire une énorme différence dans la vie quotidienne en réalité dégradée, que ce soit de manière temporaire ou permanente.

On n'a qu'à penser à l'éclairage autonome par lampe de poche ou lanterne, la communication unidirectionnelle (récepteur radio) ou bidirectionnelle (émetteur-récepteur), les détecteurs de fumée, de CO, de CO2, les compteurs Geiger et j'en passe.

Un survivaliste qui se respecte possède au moins de l'éclairage autonome et un récepteur radio ainsi que des piles pour faire fonctionner le tout.

La question, c'est de savoir pour combien de temps vous pourrez utiliser ces petits appareils. En fait, pas la question mais les questions:

  • Combien de temps d'usage avez-vous pour vos petits appareils à pile (nombre de piles stockées)?
  • Combien de temps pouvez-vous stocker ces piles (durée de vie sur la tablette)? 

Rappel théorique


Oui, faisons un peu de théorie car les connaissances, elles ne coûtent rien et servent à édifier des savoirs qui débouchent éventuellement sur des savoir-faire.

Une pile, c'est un dispositif qui stocke une quantité limitée d'énergie électrique et qui la rend quand on le lui demande.

Une pile peut être à usage unique (jetable) ou à usage répétitif (rechargeable).

Il y a toujours quatre éléments à noter en rapport avec les piles:

  • Le format de la pile
  • Sa « durée de vie sur la tablette », c'est-à-dire sa durée de vie en stockage avant qu'elle ne soit trop déchargée donc inutilisable, ou en d'autres termes sa « date de péremption »
  • Sa tension, mesurée en volts
  • Son intensité, mesurée en milliampère/heure (mAh)

Accessoirement, et uniquement pour des usages spécialisés, on considérera un cinquième élément: sa capacité de décharge rapide si vous avez des appareils qui exigent une grande quantité d'énergie en un court laps de temps (c'est néanmoins une application rarissime pour des piles de petit format).

Tension, puissance et intensité

La Tension se mesure en volts
L'Intensité se mesure en ampères
La Puissance se mesure en watts.
La Puissance, c'est le résultat de la Tension multipliée par l'Intensité: Watt = Volt x Ampère

Et, dernière chose très importante: les piles nous donnent toujours du courant continu (CC en français, DC en anglais).

Choix des piles


En fait le choix est piles est assujetti aux types de piles requis par nos appareils.

Il existe une quantité incroyable de formats de piles ou d'attributs différents pour un même format. Toutes les recenser serait lourd et fastidieux mais si ça vous intéresse, voyez la page Wiki sur le sujet.

Ce qui nous intéresse cependant, c'est de trouver la meilleure pile possible pour le moins cher possible et qui pourra être stockée longtemps avant qu'elle ne se décharge et devienne inutilisable.

Pourquoi? Parce que nous en stockons beaucoup.

Je parlerai des piles les plus courantes, tant les piles alkalines que les piles rechargeables.

Compromis


Choisir, c'est faire des compromis. Vous pouvez choisir la meilleure pile du marché si le prix ne vous arrête pas ou la moins chère si la plus faible performance ne vous gêne pas.

Moi j'opte toujours pour le meilleur rapport qualité/prix, c'est à dire la pile qui offrira le milliampère/heure (mAh) le moins cher. Ce ne sera pas celle qui durera le plus longtemps ni la moins chère à l'unité sur le marché mais c'est celle qui m'en donnera le plus pour mon argent.

Pourquoi? Parce que nous en stockerons beaucoup. Une réserve de piles qui compte moins d'une centaine d'unités (formats confondus) n'est pas une réserve qui vous procurera beaucoup d'autonomie à long terme.

Réserve


J'ai toujours une réserve d'au moins une centaine de piles alkalines (donc jetables) au format AA ou (L)R6, une autre centaine au format AAA ou (L)R03. Cela, c'est mon inventaire minimal.


J'ai de plus 24 piles AA rechargeables et autant de piles AAA rechargeables de même qu'une  quinzaine au lithium au format 18650 (pour vapoter et pour mes lampes de poche. Ces piles sont utilisées principalement au quotidien ou dans les dispositifs d'urgence comme les lampes de poche. À tous les 3 mois, je fais la rotation et je dispose ainsi de piles constamment rechargées dans mes équipements.

Avec cet inventaire, j'ai pour facilement une année d'autonomie en éclairage d'appoint, à condition de ne pas abuser. Plus même, si je compte mes piles rechargeables (AA, AAA, 18650) que j'ai les moyens de recharger de plusieurs manières.

Note sur les piles rechargeables


Les piles rechargeables sont utilisables de 4 à 5 ans maximum et pour environ 500 à 1000 cycles de charge/décharge, cela varie selon la marque. Quant aux jetables, celles que j'achète ont toutes une durée d'entreposage garantie de 7 à 10 ans. Je n'ai jamais testé leur état sur 10 ans mais j'en ai trouvées dans mes stocks qui avaient 4 ans, garanties pour 7 ans à l'époque et je n'ai noté aucune perte significative ou détectable de puissance en les utilisant dans mes appareils.

Choix de piles alkalines


Avec les années et l'expérience — nous utilisons environ 80 à 100 piles AA et AAA (formats confondus — chaque année depuis que mes enfants sont assez grands pour avoir des jouets qui requièrent des piles. Et ils en consomment beaucoup (i.e. gaspillage...)! Chacun de mes enfant a une veilleuse "tortue" qui projette des étoiles et un croissant de lune au plafond et ça, c'est trois piles aux deux mois, par appareil donc 36 piles par année. Leurs jouets à piles ne se résument pas aux deux tortues illuminées [soupir]...

Mes lampes de poche aussi en utilisent beaucoup et des piles dans des appareils, même éteints, se déchargent plus rapidement que lorsque simplement entreposées. C'est un choix que nous avons fait et ça nous permet d'avoir des éclairages d'urgence prêts à l'emploi, dans chaque pièce. En revanche il faut voir à remplacer les piles de ces équipements à tous les 12-18 mois, plus fréquemment si utilisés.

104 piles AA prêtes à l'usage,
une vingtaine d'autres dans la maison/autos
24 piles rechargeables AA dans différents appareils ou
prêtes à l'usage



Avec le temps donc, je me suis fixé sur trois marques pour les piles alkalines AA et AAA: Kirkland (Costco), Duracell CopperTop et... AmazonBasics, ces dernières étant très bien cotées et offrent le meilleur rapport qualité/prix des trois en terme de mAh, si on en commande suffisamment pour obtenir la livraison gratuite.

102 piles AAA prêtes à l'usage,
une vingtaine d'autres dans la maison/autos
24 piles rechargeables AAA dans divers appareils.


Les piles Alkalisk (Ikea) sont excellentes en terme de qualité/prix elles-aussi mais elles ne font pas partie de mes achats normaux puisque je ne vais pas souvent dans ce magasin, trop éloigné de chez moi et loin de mes déplacements usuels. Avis toutefois aux intéressés.

Avant j'achetais des Kirkland ou des Duracell chez Costco mais désormais, je commande de chez Amazon car le rapport qualité/prix est excellent à condition d'avoir la livraison gratuite

Chez nous on obtient la livraison gratuite quand la commande dépasse 35$ de produits éligibles. En commandant 3 paquets de 48 piles, non seulement on se constitue une réserve conséquente mais on obtient des piles à 33 cents chacune. C'est par ailleurs sensiblement le même prix pour des Kirkland chez Costco (en magasin, c'est plus cher en commande). Dur à battre pour cette qualité. Il n'y a que les piles Ikea "Alkalisk" de qualité supérieure qui battent les AmazonBasics à 28 cents l'unité: un peu plus de puissance pour un peu moins cher. Cependant si on compte le temps et le carburant du déplacement vers le magasin, car on doit tenir compte dans le prix d'achat, alors elles ne seront peut-être pas la solution la plus économique pour chacun.

Voici un tableau comparatif de plusieurs marques de piles AA, compilé à partir de plusieurs évaluations trouvées sur Internet. Un travail de moine, soit dit en passant. Aucun site ne parle exactement des mêmes intensités pour une pile de même marque, conséquemment voyez ces chiffres comme étant des ordres de grandeur plutôt que des mesures absolues.

Les marques en gras et en plus grands caractères sont celles dont j'ai parlé et que je recommande pour le rapport qualité/prix. Il se peut que vous trouviez un meilleur rapport qualité/prix occasionnel ou dans votre région, c'est à vous de faire les démarches. Enfin, ce tableau est classé en ordre décroissant d'intensité (mAh).


Marque mAh
VARTA High Energy Alkaline 1475
Energizer Industrial 1402
Energizer HiGHTECH 1371
GP Ultra 1345
Superdrug Longer Life 1340
TIGER Super Alkaline 1328
Duracell Plus Power 1276
Ikea Alkalisk 1235
Asda Long Life Super Alkaline 1223
Panasonic Pro Power 1221
Tesco Extra Long Life 1219
Toshiba Super Alkaline 1216
Morrisons Extra Long Life 1214
Maplin extralonglife Alkaline 1210
Costco Kirkland 1204
WHSmith Extra Long Life 1197
AmazonBasics 1196
ReadyCell Alkaline 1186
Sanyo Advanced Alkaline 1162
Kodak Xtralife 1143
Duracell SIMPLY 1142
Duracell PROCELL 1119
Daewoo Super Alkaline 1110
M&S Extra Long Life 1110
Energizer Ultra+ 1101
Panasonic Alkaline Power 1097
Duracell Standard 1086
Wilko powerplus EXTRA 1044
PowerCell Ultra 1030
Polaroid Super Alkaline 1029
Ford Alkaline 1010
Carrefour i-Tech Alkaline 1003
Duracell Ultra Power 987
Energizer Standard 975
Ansmann Alkaline 949
Sainsbury's Extra Long Life 945
Sony Alkaline 880

Encore une fois, ça ne représente pas toutes les marques sur le marché et beaucoup ont été omises.

Je ne ferai pas le même exercice pour les piles AAA mais les résultats de classement des piles AAA respectent sensiblement les résultats de classement des piles AA pour une même marque.

Toutes les marques que je recommande offrent un bon rapport qualité prix et une intensité suffisante qui ne vous forcera pas à les changer après un temps déraisonnable.

Mon choix personnel pour les piles jetables, c'est AmazonBasics Performance. Elles sont en tous points comparables aux Kirkland (intensité, prix) mais elles viennent dans une boite rectangulaire qui permet de minimiser et de rationaliser l'espace de stockage et je les obtiens livrées à la maison, sans devoir me déplacer.




Choix piles rechargeables (NiMH)


Lorsque j'ai du remplacer mes piles AA et AAA rechargeables (NiMH) je me suis livré à une extensive recherche. 

Il est difficile de s'y retrouver si on ne plonge pas intensivement dans des recherches comparatives et pour cela, il faut se taper des tableaux de caractéristiques et de tests de performance. Même chose que les piles jetables.

Toutefois, mon choix s'est arrêté encore une fois sur AmazonBasics, tant pour les AA que les AAA. Comme vous le savez, je privilégie toujours le rapport qualité/prix et dans le cas présent, le mAh le moins cher possible.

Dans le domaine des piles rechargeables, la qualité varie énormément. Cela peut aller facilement du simple au quadruple ou au quintuple de l'intensité (mAh) selon qu'on choisis une marque ou une autre.

Les AA d'AmazonBasics ont toutes deux une excellente réputation et offrent une performance similaire/comparable aux piles Eneloop 2è génération pour une fraction du prix!




Les AAA d'AmasonBasics sont considérées moins bonnes que leurs deux grandes sœurs en format AA mais même moins bonnes, elle sont quand même avantageuses et offrent un rapport qualité/prix supérieur.

Je les utilise depuis plusieurs mois et je suis très satisfait des performances, tant en AA qu'en AAA.

Dernière chose: oui, les piles rechargeables AA et AAA ont un voltage plus bas: 1,2 volts comparativement à 1,5 volts. C'est normal. Les 1,2 volts fonctionneront normalement aussi bien que les 1,5 volts des jetables.

En définitive


Pour un usage spécifique, comme alimenter un flash ou une caméra, il vaut mieux prendre des piles destinées à cet usage, pas pour stocker mais simplement pour les besoins du moment, quitte à payer plus cher. En réalité dégradée, on se foutra de prendre des photos haute performance, avec ou sans flash.

Pour un usage général, c'est à dire tous les appareils prisés des survivalistes, notamment les lampes de poche, les lanternes, les postes radio et les émetteurs-récepteurs, les compteurs Geiger, etc., qui ont comme particularité de ne pas exiger des pics d'énergie mais au contraire une lente décharge régulière, les piles dont j'ai parlé conviennent parfaitement.

Je vous recommande vivement d'y aller pour des piles qui vous donneront un excellent rapport qualité/prix, d'autant plus que nous en stockons beaucoup nous, les survivalistes. À la longue, payer trop cher devient couteux.

Quitte à stocker, stockez beaucoup. Vous ne passez que 10 piles par année? Stockez-en une centaine qui sont garanties 10 ans, vous en aurez toujours sous la main et en cas de besoin, vous aurez une réserve.

Choix piles jetables


Mon choix privilégié AA jetables : AmazonBasics Performance (Bte de 48), pour leur rapport qualité/prix mais aussi pour le format de la boite, qui permet un stockage utilisant mieux l'espace.

Mon choix privilégié AAA jetables: AmazonBasics Performance (Bte de 36), pour leur rapport qualité/prix mais aussi pour le format de la boite, qui permet un stockage utilisant mieux l'espace.

Notez que si votre commande dépasse les 35$, la livraison est gratuite.

Pour la France, les AmazonBasics jetables ne sont pas disponible. Ce que j'ai trouvé de plus avantageux (selon les revues et les analyses) ce sont les piles Ansmann (Bte de 80); elles ont une intensité légèrement inférieures aux Duracell mais elles sont à une fraction du prix, ce qui rend le coût du mAh très bas.

Mention spéciale pour les Alkalisks:
 
Elles ne sont pas mes privilégiées uniquement parce que ce magasin est trop loin et je n'y vais que très rarement. Si cela ne représente pas de déplacement supplémentaire pour vous, privilégiez les Alkalisk, elles offrent le prix le moins cher par milliampère avec en même temps une des meilleurs capacités sur le marché.

Duracell Coppertop et Kirkland demeurent des bons choix, aussi, mais plus chers.

Conséquemment, hors mes préférences et ma situation personnelles, dans l'absolu et sans considérations de frais de déplacement, de temps, de frais de livraison:
  • 1er rang: Alkalisk chez Ikea
  • 2e rang ex-æquo: Kirkland et AmazonBasics Performance
  • 3e rang: Duracell
  • 4e rang (France et Europe seulement): Ansmann (si aucun autre choix disponible). 
Toutes les piles mentionnées sont garanties de conserver de 7 à 10 ans, selon les marques.

Choix piles rechargeables


Partout et quasi-unanimement, les piles rechargeables NiMH d'Amazon sont présentées comme étant excellentes et offrant le meilleur rapport qualité/prix. On peut trouver d'autres piles rechargeables supérieures en intensité mais à beaucoup plus cher. Ça peut même aller jusqu'au double ou au triple du prix.

Mon choix privilégié AA NiMH: AmazonBasics AA Préchargée, pqt de 16.



Mon choix privilégié AAA NiMH: AmazonBasics AAA Préchargées, pqt de 12.




Et les chargeurs?


J'ai plusieurs chargeurs de batteries. Je privilégie les charges lentes car elles protègent davantage les piles de détériorations. Plus la charge est rapide, plus il y aura d'effet Joule donc surchauffe des composants chimiques, éventuellement libération d'hydrogène et dégradation des performance, voire explosion ou incendie. Il existe des chargeurs « intelligents » qui gèrent cela mais je n'en ai pas. J'ai 5 chargeurs pour AA et AAA et mon plus récent date d'il y a 7 ans. Comme je suis radin (je l'ai déjà dit!) je ne vois aucune raison d'en acheter un nouveau quand les cinq autres fonctionnent parfaitement. Pour cette raison, je ne peux en recommander aucun.

Et les boites de rangement?


J'ai dû acheter des boites il y a quelques années car je stockais des piles dans leurs emballage d'origine, ces espèces de cartons recouverts de plastique servant en même temps de présentoir, qui prennent beaucoup de place alors que le tout pourrait être emballé de manière plus compacte et efficace.

Bref, mes piles tenaient mal dans cet emballage une fois ouvert et j'ai décidé de commander des boitiers de plastiques. Ce n'est absolument pas nécessaire, d'autant plus que maintenant avec les piles Amazon, la boite d'emballage fait parfaitement l'affaire.

Au cas où: boitiers de rangement de piles AA/AAA
Pour la France: :  boitiers de rangement de piles AA/AAA

Au final


Stockez des piles.

Vous pouvez en avoir grand besoin et si ce n'est pas le cas ce sera votre voisin qui pourra en avoir besoin, ce qui fera une bonne monnaie d'échange.

N'oubliez pas que si vous manquez de piles vous avez toujours la possibilité de cannibaliser les appareils qui en utilisent dans votre maison: télécommande, souris ou clavier d'ordinateur, horloge murale, etc. Si vous avez fait de bonnes réserves, vous n'aurez pas à recourir à cet expédient.



dimanche 12 février 2017

Mise à jour et déclaration de Vic Survivaliste

 Mise à jour et déclaration de Vic Survivaliste



Je profite du temps de repos forcé faisant suite à ma chirurgie du larynx pour faire une pause sur les sujets « survivalistes » et pour vous entretenir de certains aspects plus subjectifs de ma démarche publique et de mon existence chez vous, via vos écrans d'ordinateur et de portable.

Cela fera bientôt six ans que j'ai commencé à écrire sur le sujet. Écrire car quand j'ai commencé, je ne pouvais qu'écrire, je n'avais pas retrouvé la voix encore, j'étais dans les dernières de mes 17 années de dysphonie qui m'interdisait d'échanger en public, ma voix étant inaudible quand il y avait le moindre bruit environnant. Elle n'était certes pas agréable à entendre dans une vidéo.

Au moment d'écrire ces lignes, j'ai été opéré il y a huit jours. Nous sommes le 10 février 2017. J'ai recommencé à parler cinq jours après ma chirurgie comme mon médecin me l'a prescrit et les sons produits sont désagréables et pitoyables, tout à fait comparables à ceux que je pouvais émettre pendant mes 17 ans de dysphonie. À chaque jour ma voix s'améliore un peu, mais un bien petit peu.

Ma première vidéo date de juillet 2012. À cette époque j'avais une caméra de mauvaise qualité, une voix exécrable et absolument aucune espèce d'expérience en vidéo, tant devant que derrière la caméra (je n'avais même pas de trépied!) et c'était la première fois que j'avais une voix suffisamment forte et intelligible pour tourner une vidéo. J'ai publié ma 250e récemment.

Entre ce moment et maintenant, il y a un monde de différences mais je suis resté fondamentalement le même homme. J'ai approfondi des sujets, j'ai maturé certains points de vue, j'ai pris une direction quand j'ai eu la conviction que j'étais à la hauteur pour l'assumer intelligemment mais je suis le même homme, néanmoins, avec des connaissances de plus et bien évidemment quelques années de recul de plus.

Liberté d'expression


Je crois en la liberté d'expression. Je crois qu'il s'agit d'une liberté importante et d'un fondement de la vie en société. Tout devrait pouvoir être dit, sans restriction, sans crainte de représailles et sans pressions de la part de qui que ce soit.

La Loi prévoit les cas où cette liberté est abusée et sert des fins malicieuses, via la diffamation en droit civil et le libelle diffamatoire en droit criminel (contexte du Québec). Depuis quelques décennies on a vu apparaître la notion de discours haineux qui ne sert fondamentalement qu'à faire taire les gens. Tout dépend finalement comment on définit la haine. La définition la plus sensée serait « un appel, direct ou indirect, à haïr quelqu'un et à le persécuter ». Cependant des groupes de pressions redéfinissent la haine à leur guise et font des amalgames, par exemple entre la critique et la pure haine, entre une idée politique et une race. Passons.

Mais voilà, on dit bien « liberté d'expression » et non « droit d'être entendu ». Le droit d'être entendu n'existe que dans un endroit: l'enceinte d'un tribunal, si vous êtes une partie à un procès ou si vous avez un intérêt suffisant pour y intervenir.

Pour le reste, personne n'a l'obligation de nous entendre.

Même les médias de masse, soi-disant remparts de la démocratie et quatrième pouvoir (qui travaille dans les faits à maintenir les trois autres) n'ont aucune obligation de laisser les gens s'exprimer librement dans leurs colonnes ou sur leurs ondes. Bien au contraire: nous avons la liberté d'expression mais eux ont le droit de propriété. Un droit est plus fort qu'une liberté. Un droit étouffe toujours une liberté en cas de conflit. On pourrait considérer que compte tenu de leurs privilèges (ondes mises à leur usage exclusif, accès privilégiés à des lieux ou des événements là où les citoyens lambdas sont exclus) les médias pourraient se faire exiger en contrepartie de donner place aux discours contraires à ceux qu'ils promeuvent mais non, ça ne fonctionne pas comme ça.

Quoiqu'il en soit, je n'ai aucun, mais absolument aucun scrupule à empêcher la parole dans les domaines que je contrôle: tout ce qui est ma propriété est de mon ressort donc assujetti à mes règles et à mon contrôle.

Quand je bloque un usager sur Facebook ou sur ma chaîne Youtube, je le fais parce que je le décide et parce que je le peux. Il y a des petits crétins qui se font une gloire d'avoir été « injustement censuré par le dictateur en puissance Vic Survivaliste » mais ils sont trop enfoncés dans leur nombril pour réaliser que je les bloque parce qu'ils sont crétins et qu'ils abaissent considérablement le niveau, parce qu'ils n'ont aucune profondeur, parce qu'ils ne font que du bruit sans intérêt, parce qu'ils viennent faire de la propagande ou de la contre-propagande ou simplement parce qu'ils sont mal élevés.

Le fait est que si tant de gens me suivent; et c'est peu par rapport à d'autres plus populaires — c'est parce que je me suis bâti une certaine crédibilité et cette crédibilité, elle est de mon seul fait: je ne la dois qu'à mes qualités personnelles et à mon travail.

Bien des gens veulent m'utiliser comme plate-forme pour se donner de la visibilité et de la crédibilité ou encore en donner à leur idéologie et cela, je le refuse. Je refuse d'être instrumentalisé.

« Leader d'opinion » et chef de meute


J'ai été désigné à plusieurs reprises comme étant un « dangereux leader d'opinion » d'extrême voire d'ultra-droite. Par des journalistes évidemment et pas que par des journaliste surenchérissant pour se distinguer des autres: par des journalistes en vue, oui Monsieur!

Récemment l'équipe d'un média s'acharnait à vouloir me faire reconnaître que j'étais un leader pour des groupes « d'extrême-drouâte ». Je suis toujours honnête, fondamentalement et si j'étais à la tête d'un groupe, je le dirais.

Mais la vérité, c'est que je suis seul dans mon coin. Oh oui, on m'a offert de joindre des groupes. Des groupes de pression, au moins quatre "milices" différentes, des groupes militants « de terrain », des groupes survivalistes, etc. On m'a invité à lancer de tels groupes aussi.

C'est mal me connaître et c'est mal évaluer mes motivations.

Mon existence publique est fondée sur le survivalisme. Maintenant, vous l'aurez constaté, je ne suis pas comme n'importe quel survivaliste se donnant de la visibilité sur Youtube. Je ne suis pas un vendeur de matériel. Je ne suis pas une personne qui veut avoir une existence médiatique. Je me tiens loin des lieux communs car au mieux, ceux-ci sont déjà balisés plusieurs milliers de fois et au pire, ils sont nuisibles à la préparation des survivalistes qui n'ont pas encore le recul ou l'expérience pour en juger.

Je suis avant tout un homme qui veut aider ses congénères et les gens de bonne volonté à développer leur autonomie, en toutes circonstances. Autonomie matérielle, autonomie morale, autonomie intellectuelle et autonomie des valeurs.

L'un des aspects du survivalisme, et c'est là la grande faiblesse du milieu survivaliste médiatisé, c'est l'identification, l'analyse et l'évaluation des risques.

Si nous sommes tous exposés à des catastrophes naturelles imprévisibles, il demeure qu'elles sont l'exception dans les probabilités de survenue d'événements perturbants. En revanche les facteurs économiques, politiques, géostratégiques ont infiniment plus d'effets sur notre quotidien et notre devenir. J'ose en parler. Qui plus est, j'ose jeter des pavés dans la mare idéologique qu'on cherche à nous imposer depuis l'après-guerre, avec une considérable accélération ces vingt dernières années.

Cette mare fangeuse affecte non seulement notre vie mais aussi nos croyances, notre mode de vie et notre capacité à envisager ou découvrir des solutions qui ne font pas partie de ce qu'on cherche à nous imposer.

Nous vivons dans des démocraties totalitaires où il est encore possible de parler mais souvent à un coût très élevé et avec l'assurance de ne pas être relayé, voire d'être désigné à la vindicte populaire.

Toujours est-il, et c'est le but de cette section, que je déclare que je suis seul dans ma barque publique. Je n'ai aucun collaborateur, aucun idéateur, aucun « disciple » ou militant, je n'appartiens à aucun groupe et pour le moment n'ai pas l'intention d'en joindre un. Et je ne recrute personne.

Avenir


Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve. Pour le moment, ma voix est loin de pouvoir me permettre de continuer à faire ce que ce que je faisais avant. La vidéo qui accompagne ce billet, elle a été très longue à monter — beaucoup plus qu'une vidéo de 30 minutes — et je ne peux pas, ne veux pas, faire cela à chaque semaine.

D'un autre côté si je ne fais plus de vidéos, ça me libérera du temps, peut-être 4-6 heures chaque semaine. Par contre je rejoindrai considérablement moins de gens. Je n'ai que 108 abonnés à mes écrits et 6128 aux images qui bougent et au son.

Une chose est certaine, si je ne retrouve pas la voix, cela rendra mes activités publiques considérablement plus difficiles: adieu vidéos, ateliers, conférences, rencontres, entretiens, etc.

Je me laisse donc deux autres semaines pour voir comment les choses évolueront. Si je ne retrouve pas une voix suffisante après ces deux semaines, je ne ferai plus de vidéos à chaque semaine, il ne restera que l'écrit, à chaque semaine dans ce blogue. Je suis conscient que cela diminuera de beaucoup le nombre de gens qui prendront connaissance de mes propos sur le survivalisme mais on fait avec ce qu'on a.

Je suis pessimiste? Il se peut. J'ai surtout passé 17 ans sans voix malgré une opération à l'époque, alors il se peut que le même scénario se reproduise. Le survivalisme, c'est aussi anticiper et s'adapter.

Merci, à la prochaine.